AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 I'll protect you from the hooded claw. Keep the vampires from your door • Rehan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

Messages : 77

WHO AM I ?
Rang: Alpha de la meute de St Petersbourg
Pouvoir(s): Télépathie, guérison instantanée (propre aux lycans)
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: I'll protect you from the hooded claw. Keep the vampires from your door • Rehan    Dim 11 Juil - 0:59

&



Une nuit nouvelle venait encore de recouvrir la belle Saint Petersbourg et ses alentours. Le printemps se faisait sentir plus que jamais depuis quelques jours. Pour sûr, ils allaient vers les beaux jours. Pour l’endroit, on pouvait même dire qu’il faisait déjà chaud. Avec le soleil, des gens sortaient de partout, se promenant dans les campagnes, se baladant en ville, s’occupant de leurs jardins ou parfois même en profitant pour se baigner. Les créatures surnaturelles et plus particulièrement en cet instant les enfants Dimitriov ne dérogeaient pas à cette règle. Sous les recommandations répétitives et lassantes de leur Alpha de père, tous trois avaient rapidement quitté la table et la demeure familiale pour sortir de nouveau, chacun vaquant à ses propres affaires avec un enthousiasme adapté à sa personnalité.
Belian, l’aîné, était sorti en bougonnant après son père, comme à son habitude, la tête haute et la mine fière, heureux de pouvoir retrouver sa bande de copains en profitant toujours au maximum de sa belle gueule et de son statut. Beaucoup plus agréable, le second, Seden, avait rapidement embrassé sa mère avant de prétendre être pressé. Un rendez-vous avec une certaine sorcière, le retiendrait soi-disant une bonne partie de la soirée. Enfin, calme et posée, la plus jeune avait-elle aussi déserté, en rassurant longuement ses parents au préalable sur le lieu de son entretien et le vampire qu’elle devait y retrouver. Cela ne plaisait guère à Alekseï mais confiant, il s’était tout de même laissé embrasser avant de regarder sa cadette s’éloigner lentement.
L’Alpha ne serait jamais totalement tranquille concernant ses enfants. Il savait le plus âgé trop imprudent, le second trop influençable et la dernière bien trop gentille. St Petersbourg regorgeant de créatures surnaturelles et de charmantes bêtises à faire, le père de famille se disait à chaque sortie qu’il n’était pas à l’abri de la catastrophe éminente. Ce soir là pourtant comme à chaque fois, elle était près de lui, souriante et rassurante, terminant de ranger sa vaisselle la mine réjouie, à la fois heureuse et nostalgique. Si elle s’inquiétait aussi, elle avait toujours fait davantage confiance à ses enfants, et voyait surtout en eux les petits êtres minuscules qu’elle avait mit au monde grandir et devenir adultes sous ses yeux. Elle se réjouissait de les voir sortir et s’amuser, contente que chacun trouve peu à peu sa place dans un monde hostile qui a ô combien de choses délicieuses à offrir en contrepartie. Des choses auxquelles son loup de mari ne pensait jamais de prime abord, bien trop inquiet qu’il était pour pensait aux bonnes choses en premier. Alors souvent elle l’entourait de ses bras graciles et collait sa joue contre la sienne comme en cet instant, tâchant de le rassurer au mieux et de lui expliquer la nécessité de tels comportements pour ses « louveteaux ». Attentif et amoureux mais pas négligeant, il lui rappelait alors ce qu’il avait vécu personnellement, et les dangers qui menaçaient à tout instant. Il se disait fier de sa famille et prêt à tout pour elle. Il donnerait sa vie pour sauver l’un d’entre eux et ne serait jamais tranquille, à moins de faire semblant. Il désirait partager son expérience avec ses enfants pour leur apprendre la vie, et bien souvent Rehan lui expliquait qu’ils ne comprendraient pas avant de l’avoir vécu eux-mêmes. Ce qui n’était pas faux en soi, et enrageait d’autant plus le père de famille qu‘il était.

D’un bond aussi gracieux qu’efficace, la jolie louve s’arrima un temps au porte manteau afin d’en saisir une veste qu’elle déposa avec délicatesse sur ses épaules découvertes. Nul doute qu’elle n’aura pas froid dehors même de nuit, mais vivre parmi les humains en partie impliquait la mise en place d’habitudes que tous les Dimitriov suivaient à la lettre depuis maintenant de nombreuses années, afin de ne pas se faire repérer. Et de la sorte, de ne pas causer de tort à l’Amnistia. De part les relations qu’entretenait l’Alpha avec eux, la meute était tenue de respecter leurs règles. Alekseï Dimitriov avait prêté serment auprès du Secrétaire Général de l’Organisation.

D’un baiser déposé sur sa joue et de sa main enserrant la sienne, la Lupa entraîna rapidement son Ulfric au dehors à son tour, et le couple dominant délaissa pour la soirée sa grande et chaleureuse maison vide.

Pas de course folle au gré du vent ce soir là, et pas de transformation pour nos deux amoureux. Ces moments privilégiés qu’ils partageaient à deux, ils se les répartissaient à bon escient. Parfois être seuls tous les deux n’était pas une solution. Laisser leur bête prendre le contrôle encore moins. Comme ce soir en particulier, ils devaient parler. D’eux, de leurs enfants. De la meute, peut-être aussi. Aborder des sujets revenant éternellement sur le tapis. Mais c’était ainsi. Et tous deux assumaient ce choix qu’ils avaient fait en fondant une famille et prenant la tête de la meute la plus importante de Russie.

-Ils n’ont pas connu la crise ni la cavale, Rehan. Ils ont toujours été protégés, gâtés. Nous avons tous deux été là pour les aider à se contrôler lorsque leurs loups se sont manifestés. J’ai été seul lorsque c’est arrivé pour moi. Nous avons connu tous deux des choses qu’ils ne connaîtront jamais. Cela a forgé notre méfiance. Eux n’ont aucune expérience, et ils ne sont pourtant pas à l’abri. De nouveaux évènements peuvent bouleverser leur vie à tout moment. Ils peuvent même en être responsables. J’aimerais qu’ils -et Belian le premier- comprennent que je ne cherche qu’à la protéger. Si je ne sais décidément pas m’y prendre, qu’ils sachent au moins que mes recommandations sont dans leur intérêt…

Un dernier soupir s’échappa de la gorge du loup tandis qu’une main posée sur la taille de sa compagne, il l’entraînait paisiblement sur les bords du lac de St Petersbourg. Il ne parlait jamais autant, sauf peut-être avec elle. Chacun des regards qu’il lui adressait était toujours autant rempli d’amour et d’admiration après tant d’années. Il se demandait encore comment elle l’aimait toujours, et pourquoi elle se bornait à vouloir toujours raisonner un être aussi vieux jeu que lui. Il ne comprenait rien, c’était vrai. Mais on ne le comprenait pas non plus. Sauf peut-être elle. Oui, elle était son bien le plus cher, son allié le plus précieux. Un lien entre son époque, son monde, et ce nouveau-ci, celui dans lequel ses enfants avaient grandi. Et cette femme, elle était celle de sa vie. Comment lui dire encore, après toutes ces années, que toujours il l’aimait, que jamais le feu en lui ne s’était éteint lorsqu‘il la regardait ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 18

MessageSujet: Re: I'll protect you from the hooded claw. Keep the vampires from your door • Rehan    Dim 11 Juil - 18:47

Doucement en une suite d'actions répétitives, habituelles et pourtant nécessaires, les mains fines entassent la vaisselle qu'elles déposent dans la machine prévue à cet effet. Rehan exécute cette tâche en souriant naturellement joyeuse. Le repas se termine, et la porte est encore ouverte sur le dernier départ. L'immense salle à manger paraît bien vide, et pourtant elle reste chaleureuse à ses yeux car y résonnent encore les rires de leurs enfants, et puis le pas même de son compagnon anime l'air doux de la nuit nouvelle. Elle s'exécute avec calme profitant de ces quelques minutes ou elle n'a plus besoin d'endosser le rôle parfois lourd de lupa. Si soutenir Alekseï et l'aider à prendre des décisions pour le bien être de la meute n'a jamais été un fardeau ce n'est jamais chose aisée de guider d'autres êtres. Et pourtant cela fait partie d'eux, et surtout de lui qui tourne nerveusement en déposant brusquement leur biens sur les surfaces de la cuisine. Rehan se tait, elle sait qu'il veut parler, et il le fera mais pas maintenant. Il est nerveux, mais c'est l'homme, le père qu'il faut rassurer, pas l'alpha, si puissant et inébranlable aux yeux de tous. Mais Alekseï même.

Rehan sourit tendrement et dépose une caresse légère sur la main de son homme. C'est presque étrange de sentir leur maison vide, celle de la meute...il y a toujours quelqu'un quelque part, à l'un des étages, dans les terrains attenant...Mais Ullian n'est pas venu dîner avec eux arrachant des grognements irrités à son père, et des sourires mutins à Bélian fier d'en savoir plus qu'eux sur les activités de son oncle. Vik elle se devait d'être présente à une réunion, quand aux autres, surement aux quatre coins de la ville. L'hiver rude et donnant à la ville l'aspect d'une cité fantôme, rapproche les âmes. Mais le beau temps et la douceur des soirées appellent aux sorties et aux activités en dehors. Pourquoi s'enfermer quand il y a derrière la porte un autre monde ?

Ils sont tout les trois jeunes et insouciants, volontaires et décidés à vivre leur vie. Ses bébés, leurs héritiers, déjà de jeunes adultes. Si Alekseï est doublement étouffé par son instinct de protection, Rehan se montre moins angoissée envers leurs soif de liberté et d'expérience bien qu'elle ne puisse bien sûr s'empêcher de s'inquiéter pour leur sécurité et la possibilité qu'ils se mettent dans des situations difficiles. Mais n'avait-elle pas elle même choisit de bafouer sa sécurité pour répondre à sa curiosité ? Elle avait courut dans les bois, seule et perdue, s'était jeté devant le loup en colère qu'était alors Alek. Il aurait pu la tuer, et sa cousine lui en avait voulu des mois durant. Mais c'est en forçant les choses, en étant égoïste qu'elle l'avait trouvé. Sans ça en seraient-ils là ce soir ?

Parcourant une dernière fois la salle du regard, et veillant à ce que les lumières soient éteintes, Rehan attrapa un manteau en feutre blanc, couvrant son buste fin comme le ferait n'importe quelle jeune femme. Puis attirant son homme à elle pour un baiser léger, elle captura ensuite sa main. Puis l'entraîna dehors. Rester dans cette maison vide n'avait pas de sens. Ils ne pouvaient protéger leurs enfants ni de leurs erreurs ni des autres, seulement en partie, en leur faisant part de leur propre expérience et en les écoutant. Et pourtant n'était ce pas de l'inquiétude là quelque part dans le creux de sa gorge ? Tout deux orphelins la peur de ne pas être à la hauteur est comme le monstre dans le placard...

Mais Rehan serrant plus fermement la main chaude de son ulfric, l'entraîna doucement vers un chemin de promenade qu'ils utilisaient parfois. Ils pouvaient profiter de ce moment rien qu'à eux, parler être à côté l'un de l'autre. Elle posa tendrement sa tête sur l'épaule de son compagnon et se blottit contre lui, profitant de ces derniers instants, avant l'inévitable discussion et les décisions qu'ils devraient prendre.

Elle sourit tendrement de nouveau et caressant la mâchoire durement contracté de Alekseï l'écouta sans un mot avant de répondre.

-Alek, ils ne sont pas encore partis vivre leur vie. Ils le feront un jour, mais les liens de la famille sont puissants, et encore plus dans une meute, tu le sais. Ils reviendront et ils savent que l'on est toujours là pour eux, même lorsqu'ils font des choix que nous désapprouvons ou se mettent dans des situations que nous déplorons. Tu es un bon père, et bien que tu ai l'impression que Bélian ne fait que te défier, il essaie juste de faire en sorte de te ressembler, que tu sois fier de lui. Il veut être un homme, et Seden aussi bien qu'ils soit plus effacé. Mila aussi grandira et cela me fait peur à moi aussi. Mais c'est en faisant nos choix, en tombant qu'on apprend. A leur âge on se relève si facilement...ils ne sont marqués ni par la perte ni par les sacrifices, je sais que ton enfance et toute ta vie a été un combat, mais ne blâme pas le fait qu'ils vivent dans un contexte plus facile. Ils seront confrontés bien assez tôt aux difficultés de la vie. Nous étions fous également, encore plus qu'eux, rappellent toi comme nous vivions au jour le jour, faisant vie de tant de choses...ils n'auront jamais notre vie mon amour, mais chacun de tes conseils, le moindre de tes regards ou de tes choix leur sert de modèle. Parfois ils interprètent différemment ce que tu veux leur offrir, mais ils grandissent avec un père, c'est plus que tu n'as eu et pourtant tu sais combien tu peux être fier de toi,et de la vie que tu as mené, que tu as créé de tout ce que tu as fondé...



Elle se laisse entraîner, réconforter par cette main sur sa taille, cela au moins n'a pas changé, ni sa possessivité ni la chaleur de sa présence. Elle aussi à peur de cette nouvelle époque si débridée, si changeante, parfois trop rapide même pour eux. Mais sa plus grande peur serait que lui abandonne. Elle se serre contre lui comme une jeune amoureuse frileuse, enserrant son torse et se gavant de son odeur. Comment lui dire toute sa confiance, lui prouver combien il est un père parfait ? Elle mordilla une mèche échappé de sa queue de cheval. Faisant fi des pierres roulant sous ses pieds, ou de l'eau clapotant non loin d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 77

WHO AM I ?
Rang: Alpha de la meute de St Petersbourg
Pouvoir(s): Télépathie, guérison instantanée (propre aux lycans)
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: I'll protect you from the hooded claw. Keep the vampires from your door • Rehan    Mar 20 Juil - 17:22

Comme bien souvent silencieux, l’Alpha demeurait sombre et attentif. Plus qu’écouter simplement les paroles d’autrui, il avait pris l’habitude de déceler chez ses interlocuteurs les moindres marques, les moindres indices. Des habitudes, des manies, des tics, des signes de mensonge, de timidité, d’insolence, etc. Chaque détail accompagnait ou trahissait les mots. Lui l’avait compris depuis longtemps et comprenait mieux les gens ainsi que par leurs longs discours.

Et si elle il la connaissait par cœur, jusqu’à pouvoir deviner à l’instant précis le geste ou l’attitude qu’elle allait effectuer, elle était l’une des rares également qu’il pouvait écouter tout simplement, pendant des heures et sans interruption. Sa seule voix douce et mélodieuse, et son attention l’apaisaient. Il n’avait besoin que d’une personne à ses côtés en vérité. Et elle était cette personne. Sans elle en revanche, il savait que tout son monde, toutes ses croyances, son rôles et ses attentes s’écrouleraient. Que peut être un Alpha sans lupa ? Que peut être Alekseï Dimitriov sans Rehan Bielinsky… ?

Sérieux mais pas moins contrarié, le loup soupira avec considération avant de serrer son aimée contre lui, et à nouveau, de s’expliquer. Ce qu’elle avait dit était one ne peut plus vrai, mais il avait besoin de s’exprimer encore sur certaines choses, et de lui confier son humble avis. Ses doutes, ses interrogations, elle pouvait tout entendre et tout comprendre. Il savait qu’il ne devait rien lui cacher.

-Je suis heureux qu’ils vivent à cette époque, Rehan. Jamais je ne leur souhaiterai de passer par là où nous sommes passés. Tu le sais très bien. Je me dis simplement que s’ils avaient seulement une idée de ce que nous avons pu vivre, ils ne seraient pas aussi difficiles. Il, surtout. Mila et Seden sont raisonnables. Nous n’aurions pu rêver d’une fille plus calme. Quant à Seden il s’amuse, comme un garçon de son âge. Mais Belian… Je ne peux rien lui dire. J’ai le sentiment d’avoir fait des erreurs lorsqu’il était enfant et de ne pouvoir jamais les réparer. J’ai été un mauvais père à un moment ou à un autre. Je le suis probablement encore aujourd’hui. Mais je pense avoir tout essayé. Ce gamin n’a qu’un but dans la vie : celui de faire enrager son père. Il répond, il me défie. Il attend que je sois dans les parages pour mettre en place la pire des idioties. Je ne renoncerai pas, il est mon fils. Mais je ne cèderai pas non plus. Il faudra bien un jour ou l’autre qu’il comprenne que je n’ai pas à charge que ma famille de sang. J’ai d’autres responsabilités. J’ai promis à mon père de rependre sa place et de guider les siens. Je ne peux être partout à la fois. Je ne serai pas toujours derrière lui pour réparer ses bêtises. Je ne vous abandonnerai pas. Mais je ne peux laisser la meute. Je ne serai pas éternel, Rehan. Si Belian ne pense à se calmer… il faudra peut-être songer à quelqu’un d’autre, pour occuper la place d’Alpha.

Cela n’enchantait guère le chef actuel de la meute, mais il y pensait souvent. C’était un échappatoire possible, l’essentiel était que la meute ne demeure pas sans dirigeant. Il faut un être fort et responsable pour guider tous les autres. Quelqu’un qui sache se faire respecter et contrôler un temps soit peu ses pulsions. Certes, son fils aîné était encore trop jeune, mais Alekseï ne pouvait s’empêcher d’y songer. Il aurait été d’autant plus confiant si la place été revenue de droit à son cadet. Mais ce n’était pas le cas et sa maladresse le rongeait. Il ne voulait certainement pas attiser davantage encore la colère de son fils, mais se demandait s’il aurait bientôt plus le choix.

Bientôt l’Alpha ralentit le pas, par respect pour sa compagne que la carrure plus fine et les enjambées moins grandes freinaient considérablement à la forme humaine par rapport à son homme. Marchant un temps silencieusement, ils croisèrent et saluèrent de près ou de loin d’autres couples qui, comme eux, étaient venus chercher un peu de calme et d’intimité au bord du lac de St Petersbourg. Uniquement des humains, profitant de l’air doux de l’été pour admirer le soleil couchant. De jeunes, très jeunes humains, aussi fougueux et amoureux qu’eux à leur rencontre.
Outre la race, le loup se demanda ce qui avait changé. Ce qui était différent entre ces couples ci et le leur. La durée de vie, pour commencer. Cela faisait plus de quarante années pour eux, les autres, pas plus de quelques mois. Peut-être un an, ou deux. Peut-être parce qu’il avait toujours eu un certain sens des responsabilités, Alekseï ne sentait rien de changé. Son amour n’allait plus qu’à elle exclusivement désormais, car il y avait leurs enfants. Mais il ne l’en aimait pas moins pour autant. Peut-être avaient-ils moins de temps l’un pour l’autre qu’autrefois. D’un autre côté, Alekseï n’avait plus à craindre en permanence pour sa sécurité. Il y avait dans cette vie là avantages comme inconvénients, et l’Alpha la préférait pourtant à ses années d’errance, ce qui n’avait rien d’étonnant. Le couple trouvait cependant encore le temps de se retrouver de temps en temps, ce soir là en était la preuve. Non, entre eux rien n’avait changé. Jamais leur amour n’était mort, il n’avait fait qu’imperceptiblement évoluer. La fidélité légendaire des loups, peut-être ? …

En quelques enjambées, l’homme entraîna sa lupa jusqu’au ponton, puis l’invita à s’y aventurer. Une barque était vide et libre d’accès. Pour elle, il avait le don de se sentir romantique. Elle l’incitait innocemment à réaliser ses moindres désirs. La seule perspective de lui faire plaisir insufflait au loup l’idée et la force de réaliser certaines choses dont seul il n’aurait pourtant jamais eu l’idée.

Il guida alors sa compagne et l’embarqua prestement, avant de s’asseoir à son tour en bout du bateau et de les guider tous deux par les rames à travers les flots.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 18

MessageSujet: Re: I'll protect you from the hooded claw. Keep the vampires from your door • Rehan    Ven 23 Juil - 23:17

Rehan ferma ses yeux noisettes, toujours si perspicaces, parfois rêveurs et lointains, mais ouverts sur le monde, sur les autres. Il n'est pas facile de se priver d'un sens et de laisser les autres nous guider, avoir confiance au point de laisser autrui juger de ce qu'il doit dire, ou ne pas dire. Mais avec Alek, elle ne peut pas douter. Elle connaît son pas si sûr, sa connaissance du sol et des éléments qui l'entoure. Elle sait comme d'un mouvement sans paroles, il l'entraînera dans le mouvement de son propre corps. Comme chacun de ses mouvements s'accordera à ceux plus puissants de con compagnon. Elle serre tendrement les doigts qui lui sont offerts, caressant à peine la peau sensible et fine. L'air doux détache des mèches qui viennent chatouiller la peau de son visage, et elle souffle doucement pour les en chasser.
Puis elle pose de nouveau son regard dans celui du russe en sentant son attention sur elle. Mutine elle se met sur la pointe des pieds pour frôler de ses lèvres la bouche de son amant. Simple bonjour, besoin de toucher l'autre. D'être un peu lui.

Elle caressa sa joue puis allongea ses foulées, faisant plus de pas pour essayer de le suivre. Consciente des efforts qu'il fait pour qu'elle puisse le suivre sans mal. Elle se rappelle comme au début ils devaient sans cesse s'ajuster l'un à l'autre, se tirant d'un sens ou dans l'autre, se rentrant dedans avec maladresse, riant, et s'enlaçant. Parfois il la soulevait même prétextant qu'elle se montrait trop maladroite.

Rehan s'arrêta net aux paroles de son compagnon mais en ce moment surtout alpha. la femme en elle envisageait plusieurs solutions dont une longue explication, mais la louve en préféra une autre. Elle se planta devant lui, enroula ses bras autour de son cou et l'embrassa avec force et tendresse. Pas besoin de mots pour lui dire son amours, sa confiance, ou sa fierté de vivre avec lui. Dans un soupir, elle le relâcha, et se blottissant contre lui posa sa tête contre son torse, murmurant doucement.

-Alek, tu sais qu'il fait tout ça non pas contre toi mais par instinct. Il est né alpha comme toi. Il a déjà cette possessivité envers les autres, il n'a ni ta sagesse ni ta prévenance et il lui faudra encore des années et ta présence pour devenir un bon chef de meute. Il te testera encore et encore pour définir ses propres limites, ses propres règles. Tu es son modèle. Et il fait tout ça également parce qu'il a confiance, il sait que tu pourras rattraper ses bêtises, que tu seras là pour lui. C'est un jeune homme ambitieux, à moi aussi il me cause du souci, mais tu sais comme il est prévenant également. Tu es un peu son rival, c'est ton rôle de père. Tu ne peux le savoir pour ne pas l'avoir véut, mais ne te reproche pas le comportement de ton fils. Il est jeune, il changera. Continue d'agir comme tu l'as toujours fais, tu sais que je soutiens tes décisions et que je ne lui céderai pas non plus.

Bientôt ce fut le bois délavé et marqué par le temps et les intempéries qui défila sous leurs pieds. La douce brune sourit en voyant la petite barque. Comme un couple d'adolescents, à leurs premières sorties. Ou le romantisme compte plus que le reste. Ils n'ont pas vraiment eu le temps pour ça, eux ça a été tout et même plus, et puis après les petites attentions, les petits rituels. Mais l'attention la charme, tant elle sait qu'il y a pensé que pour elle. C'est amusant cet homme plié dans cette toute petite embarcation, ramant paresseusement, sans aucun effort. Elle se cala contre un bord du petit bateau plongeant sa main dans l'eau fraîche.

-Merci. Tu sais combien cela me fait plaisir...


Malgré tout ses devoirs d'alpha, la meute, la vie tout simplement, les ans, les autres et même elle, il prend encore le temps de ces petits moments juste pour elle.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I'll protect you from the hooded claw. Keep the vampires from your door • Rehan    

Revenir en haut Aller en bas
 

I'll protect you from the hooded claw. Keep the vampires from your door • Rehan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Russian Silence :: 
••• ST PETERSBOURG | Les alentours •••
 :: 
Le Lac
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit