AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 "Remue ton nez un peu pour voir?"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Bibidi Bobidi Bou!
avatar

Messages : 104
Age : 29

WHO AM I ?
Rang: Sorcière.
Pouvoir(s): Je vois les morts, j'entends vos pensées et je peux voir votre futur.et
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: "Remue ton nez un peu pour voir?"   Ven 11 Juin - 8:55

Harrod, Nancy, Saphir.

feat SIRI TOLEROD




• RACE: Sorcière.

• AGE: 24 ans.

• DATE & LIEU DE NAISSANCE : Le premier mai mil neuf cent quatre vingt six, à Camdem, à Londres.

• NATIONALITÉ / ORIGINES : De nationalité anglaise avec une pointe d'origines russes.

• STATUT: Gère l'Elixir.

• LIEU DE RÉSIDENCE : Un petit appartement dans le centre.


©️Cherrylips.



« People are Strange... »

« Ah, vous êtes deux ?! Ca tombe bien, nous aussi ! »


• PSEUDO : Appelez moi Pouet.

• AGE : Quelque part entre vingt et vingt-cinq ans.

• CODE DU REGLEMENT : Ok by Alys

• COMMENT AVEZ-VOUS DÉCOUVERT RUSSIAN SILENCE ? Mais par vous mes chers petits!

• DISPONIBILITÉ : Oh je peux passer tous les jours, je peux répondre régulièrement, d'autant plus que j'ai retrouvé la motivation alors!

• UNE DERNIÈRE CHOSE A DIRE ? Bon allez, trêve de plaisanterie, vous avez devinez qui je suis n'est-ce pas? (:



« Who are you ?! »



Chapitre Un: "Remember, what the dormouse said!"

    « - Tu ne voudrais pas me rouler un joint ma chérie ? »

    Pour toute personne normalement constituée et pour toute personne née dans une famille un temps soit peu normale, trouvait une telle phrase choquante. Mais ils la trouveraient tout à fait effrayante s’ils savaient que cette phrase, qui m’était adressée, sortait tout droit de la bouche de ma mère. Oui oui, vos bouches grandes ouvertes et vos yeux ahuris n’y changerons rien, c’est bien ainsi que s’adressait parfois à moi ma génitrice. En faite, pour être complètement honnête avec vous, il n’y avait bien que comme cela qu’elle s’adressait à moi. Elle m’aimait, je le sais. Je pouvais lire tout ce qu’elle ne pouvait me dire dans ses yeux trop rarement sobres. Elle ne pouvait juste pas utiliser des mots pour exprimer tout cela, pour la simple et bonne raison que les mots étaient trop faibles pour ça. Et aussi parce qu’elle était défoncée les trois quarts du temps et que dans le paradis artificiel dans lequel elle vivait, les mots étaient d’inutiles fardeaux qu’il était bon de laisser au vestiaire.
    A douze ans, j’avais déjà gouté à ces substances illicites, rapidement initiée par ma mère pour qui de toute façon, ce qui vient de la nature ne peut nous faire de mal. Et à treize ans, je maitrisais parfaitement l’art de rouler des joints, des spliffs, la beuh et tous les autres noms que vous pourriez lui donner. Je savais comment effeuiller au mieux les feuilles qui restaient enfermées dans la petite bourse en cuir de mon hippie de mère. Cette femme, qui depuis l’année soixante-huit et le Summer of love, n’est jamais vraiment redescendue sur terre. Cette femme que pourtant j’aimais, pour sa douceur, pour ses jeans en patchwork, pour ces odeurs qui envahissaient la maison. Ce n’était certainement pas la mère modèle, celle qui répond exactement à ce qui a été définit par la société. Mais c’était la mienne et je l’aimais, point.

    « - Ma chérie, viens écouter mon nouveau riff, je l’ai adapté de Never Mind The Bollocks ! »»

    Ca, c’est exactement ce que mon père aurait pu un jour me dire. Mon père, c’est un guitariste dans un groupe de rock qui s’appelle les Broken Roses. Mon père, il est un admirateur absolu des Sex Pistols. Alors quand je vois mon père, je me dis que mes parents étaient fais pour se rencontrer. Ils ont beau vivre dans leur propre monde, ils se complètent parfaitement et c’est ce que je trouve de plus beau dans tout ça.
    Mon père, c’est plus qu’une histoire d’amour père-fille. Mon père, c’est avant tout une histoire d’admiration sans borne. S’il était un fanatique absolu des Sex Pistols, je l’étais de lui. Mon père, ce héros. Mon père et ces longues après midis à écouter tourner les vieux vinyles grincer d’anciennes mélodies, seuls souvenirs de la jeunesse perdue, d’une époque révolue. On écoute ces vieilles mélodies et on fume ensemble, même si je n’ai que treize ans. On ne parle pas, la musique se joue dans un silence religieux, plein de respect pour ces génies capables de véritables enchantements auditifs.
    Mon père ce héros. Mon père et ses copains musiciens. Mon père et ses répétitions jusque tard le soir. Mon père, ses répétitions et moi, qui l’accompagnait à chaque fois, même si cela dirait tard dans la nuit. C’était ma deuxième maison, je me sentais bien dans cet environnement, avec ces personnes aux dons artistiques indiscutables.

    C’est donc dans cet environnement particulier que j’ai grandis. J’ai toujours pensé que malgré leur amour, mes parents n’auraient jamais du être autre chose qu’un simple couple. Après tout, comme une mère qui passe ses journées complètement défoncée peut-elle avoir la moindre idée de l’art d’éduquer un enfant ? Ce n’est pas aussi simple que de rouler un joint. Comment un père qui passe sa vie la tête dans ses vinyles peut-il y connaitre que ce soit en éducation ? Pas grand-chose non plus. Ce n’était pas de la mauvaise volonté, je l’ai toujours su. C’est juste qu’ils n’étaient pas faits pour ça, point.
    Mais ça ne m’a pas empêché de grandir et de m’épanouir comme n’importe qu’elle petite fille. Si j’ai hérités des traits physiques de mon paternel, je me serais surtout servie du côté maternelle en ce qui concerne mon caractère. J’ai toujours été assez exubérante, préférant sauter sur les trottoirs de Londres plutôt que de simplement marcher, tout comme je préférais crier au fait de parler. Avouez que c’est bien plus drôle non ? J’aimais et j’aime toujours beaucoup lire. C’est ce qui m’a permit je pense, d’obtenir mon diplôme, chose paraissant quelque peu invraisemblable dans ce milieu. Je dévorais des livres et des livres, parcourant les mots, les phrases, les pages, plus vite que els doigts de papas sur les cordes de sa plus fidèle alliée. J’étudiais aussi sérieusement, non pas parce que j’y étais forcée évidement mais tout simplement parce que j’adorais ça. Apprendre, découvrir de nouvelles choses, voila parfaitement le genre de choses que j’adorais, en plus d’écouter de la bonne vieille musique et de fumer quelques cigarettes rigolotes. C’est certainement ce qui m’a permit de m’en sortir je pense, de me construire un avenir à peu près normal, cette curiosité insatiable pour la vie et ses mystères.
    J’ai grandie bien entourée. Mon exubérance était ma meilleure carte de visite et mon sourire, un aimant parfait qui m’attirait la sympathie des gens. J’ai toujours été entourée d’une grande troupe d’amis que je fréquente toujours plus ou moins lorsque je reviens sur Londres. C’étaient mes meilleurs atouts. On m’aimait bien car quoi qu’il arrive, il semblait que je ne ressentais jamais de peine ou de tristesse. Quoi qu’il arrive, je paraissais montée sur ressort et j’avais cet incroyable don, que j’ai gardé, celui de redonner le sourire à n’importe qu’elle âme, qu’importe le mal qui pouvait la ronger. On m’aimait pour ça mais on ne savait pas que je n’avais pas que des bons côtés. J’étais, et je continue d’être très lunatique. Presque bipolaire parfois. Je peux changer aussi vite d’émotions que je peux changer de vinyles et croyez moi, je suis plus rapide à ce petit jeu là. Alors oui malgré ça, malgré mes changements d’humeurs que j’aimais à attribuer à la fumette, j’ai passé une enfance heureuse et une adolescence riche en découvertes. Car après tout, qui n’a pas rêvé d’avoir seize ans et aucunes restrictions ? Pour moi le rêve était une réalité que je savais apprécier à sa juste valeur sans en abuser. Et quand bien même j’en aurais abusé, ce ne serait pas mes parents qui auraient été en mise de dire quoi que ce soit. J’évoluais selon leur modèle, selon certaines valeurs qu’ils avaient réussis à m’inculquer malgré tout : le respect de la nature, le respect des autres…

    Quand j’y repense, je ne changerais absolument rien à ces années de pur bonheur. Certes, ma famille ne correspondait en rien aux carcans définis par la société moralisatrice dans laquelle nous vivons. Mais de notre façon unique, nous étions unis et nous nous aimions. N’était-ce pas là le principal ?
    Je n’ai jamais manqué de quoi que ce soit qui soit vital. Certes on nous coupait régulièrement l’électricité ou l’eau courante parce que mes parents oubliaient de régler les factures. Certes, ma mère à été, dans un moment d’égarement, jusqu’à confondre ses feuilles avec la facture de gaz. Mais ce n’était rien qu’une fois. Ou deux. Bon d’accord plus mais quelle différence cela fait-il ? Ne suis-je pas devenue une jeune femme épanouie et heureuse ?
    N’est-ce pas tout ce qui compte ?








Dernière édition par Nancy S. Harrod le Sam 12 Juin - 12:14, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bibidi Bobidi Bou!
avatar

Messages : 104
Age : 29

WHO AM I ?
Rang: Sorcière.
Pouvoir(s): Je vois les morts, j'entends vos pensées et je peux voir votre futur.et
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: "Remue ton nez un peu pour voir?"   Ven 11 Juin - 9:00

Chapitre Deux: "I want you to well, tell mama all about it."

    Je ne me souviens plus exactement quand j’ai découvert ce que j’étais réellement. Par contre, je me souviens très bien comment.

    Il était là, à quelques pas de moi, irréel et impressionnant. Je savais ce qu’il était et pourtant je n’avais pas peur. Je ne ressentais au fond de moi qu’une douce allégresse car je me trouvais face à un mystère que je ne connaissais pas et qui allait me pousser à me cultiver sur sa nature. Quel beau cadeau pour une gamine aussi curieuse et avide de connaissances que moi ! J’en ai tout de suite parlé à ma mère, profitant d’un de ces rares moment où sont cerveau n’est pas complètement enfumé par ses cigarettes. C’est la première fois que je la vis aussi sérieuse. Cela ne dura pas très longtemps, quelques heures tout au plus mais ce fut de longues heures délectables pour moi. J’en appris plus sur tout une partie de moi, toute une partie de ma famille que je ne connaissais pas. Ainsi donc ma divine mère était une sorcière ? Pas une puissante sorcière mais une sorcière tout de même. Elle m’expliqua cet état de fait dans le détail, m’apprenant que mes visions étaient normales et que ce n’était pas le seul pouvoir auquel je devais m’attendre. Je l’écoutais religieusement parler, m’imprégnant de chaque mot qui sortait de sa bouche tremblante, effet secondaire de l’état de manque dans lequel elle se trouvait au bout de quelques heures sans fumette. Je profitais de cet instant privilégié, de cet instant de partage que j’avais avec ma mère. Un instant mère-fille digne de ces définitions que la moralité aime en donner. Non, partager un joint entre mère et fille, ça ne compte pas, il parait que ce n’est pas convenable…

    Bien évident cet instant ne dura pas. Douceur éphémère et regrettée… Malheureusement pour moi, ma mère ne fut jamais en état de m’apprendre toutes ses choses que je devais savoir sur ce nouvel état qu’était le mien. Je me suis vite sentie perdue, abandonnée, me perdant dans l’immensité des connaissances que je me devais d’ingurgiter. Je voulais être une bonne sorcière, avoir un talent particulier, pour la rendre fière, pour être digne du blaze qu’elle m’avait léguée. Heureusement que j’avais mon père. Il connaissait une bonne amie de ma mère, sorcière elle aussi et beaucoup moins stone qu’elle.

    Je me souviens avoir passé des journées et des soirées entières dans le salon de Jordan, cette fameuse femme qu’aimait ma mère. Je l’avais déjà vu de nombreuses fois, elle faisait parti de ces innombrables personnes qui allaient et venaient dans notre maison comme si elle était la leur. Des illustres inconnus, des amis de très longue date de mes parents, que sais-je encore ! Ils y restaient une nuit, un jour ou deux, rarement plus de la semaine. J’aimais cette ambiance festive, le bruit incessant qui y régnait, les odeurs étranges qui parfois s’y installaient. Au moins ce n’était pas figé, c’était vivant et appréciable et j’aimais beaucoup l’ambiance qui y régnait. Alors oui, cette Jordan je la connaissais déjà, plus ou moins bien et je l’ai aimé dés le premier regard. Un genre de coup de foudre mais affectif, sans aller jusqu’à l’amour quoi. Je l’aimais pour ses cheveux noirs et bouclés, pour ses lunettes en écailles qui semblaient tout droit sorties d’un placard de grand-mère. Je l’aimais pour ses longs ongles rouges sangs qui pouvaient être terrifiants, pour son sourire charmeur et sa voix aigue. Je l’aimais parce qu’elle m’a appris toutes les choses que je devais savoir. C’est elle qui a prit soin de mon initiation, de m’apprendre à développer mes dons, à pratiquer certains rituels. Elle est peu à peu devenue comme une seconde mère à mes yeux, une mère plus spirituelle qu’autre chose, mais une mère tout de même.

    Je me suis vite habituée à voir les morts. J’ai développée mon don de télépathie. Et un jour, j’ai trouvé ce qui me rendait unique.

    La prémonition. Quel don incroyable et effrayant. En touchant, en frôlant une personne, voila que l’on peut avoir, si on le souhaite, un aperçu de son futur à plus ou moins court terme.
    C’est lorsque j’ai frôlé Jordan que j’ai su. Je l’ai vu, éteinte dans son fauteuil aux coussins d’un goût douteux, sans vie. Ses lunettes en écailles étaient de travers sur son visage anguleux. Ses yeux étaient encore légèrement humides. Un rictus déformait don visage. J’ai aussitôt fait un pas en arrière, arrêtant cette vision innommable. Je ne savais pas ce qui se passait et je ne voulais pas savoir, je ne voulais plus penser à ce que j’avais vu car j’aimais trop Jordan pour accepter de la perdre.
    Un an s’écoula sans que rien ne se passe te je finis par oublier toute cette histoire. Jordan avait une santé de fer et rien, absolument rien ne pouvait en venir à bout, à mon grand soulagement. Sauf un certain jour d’automne. Je ne suis pas celle qui l’a découverte dans ce fauteuil, je ne suis pas celle qui a du faire face à ce rictus monstrueux. Mais chacun des détails qui me furent rapportés correspondaient à cette vision, cette horrible prédiction que j’avais vu un an auparavant.

    Deux semaines après, je partais pour St Pétersbourg.


    Chapitre Trois: "Des perles qui tombent, comme si le sang du ciel couvrait le siècle rouge d'un drapeau blanc."

    Mon grand père paternel était un émigré russe, venu en Angleterre pour tenter d’échapper à la misère de la banlieue moscovite. Il avait légué à son fils une langue magnifique et noble, dont il m’avait à sont tour fait le cadeau. Je parlais couramment russe, avec une préférence pour les grossièretés dont mon père m’abreuvait chaque jours.

    C’est donc tout naturellement que j’entrepris ce voyage vers cette terre qui faisait partie de moi, car je ne supportais plus ce reflet que je voyais tous les jours dans la glace, ce reflet qui, j’en étais certaine, avait été la cause de la mort de Jordan.
    Je n’avais rien dis à mes parents, préférant m’éclipser au cœur de la nuit aux adieux qui allaient forcément être déchirants, pour eux comme pour moi. Ma mère n’aurait rien compris à la scène et serait repartie admirer ces choses qu’elle seule voyait. Mon père se serait lui aussi détourné jusqu’à mon départ, pour cacher les larmes qui auraient roulées sur ses joues barbues. Mais qu’importe la façon dont je suis partie, tant qu’ils savent à quel point je les aime.

    Je n’ai emmené que peu de choses avec moi : un petit sac de vêtements, mes économies et mon éternel sourire qui, je l’espérais, me permettrais de m’en sortir dans ce nouvel environnement. Car j’y allais à l’aveuglette, sans rien connaitre de ce pays si ce n’est la langue. Mon père ne m’avait jamais rien raconté à propos de cette immense contrée, de sa culture et de ses habitants. Tout ce que je savais encore une fois, c’était grâce aux livres. Je me souviens avoir été fascinée par l’histoire de Baba Yaga, la fameuse sorcière et l’ironie de la chose me fait aujourd’hui bien sourire.

    Je suis arrivée un jour d’hiver particulièrement rigoureux, où la neige avait recouvert d’un manteau blanc tout St Petersburg. Devant toute cette noble splendeur, j’ai versé une larme mais j’ai rapidement changé. J’ai posé ma valise dans la neige, un grand sourire aux lèvres et je me suis mise à sauter sur place. Je sautais de joie, je pressentais déjà que ce pays, que cette ville allait être ce qui aurait pu m’arriver de mieux. Oui, j’en étais persuadée.

    J’ai rapidement trouvé ce que j’allais faire pour subsister ici. Il y’avait cet endroit qui était à vendre, un ancien bar parait-il. Je l’ai acheté, me délestant de toutes mes économies et je l’ai retapé entièrement, essayant de faire de cet espace un lieu qui me ressemblerait, chaleureux et accueillant, le genre qui vous pousse aux confidences. Par son esprit hippie, j’ai rendu hommage à ma mère. Par la bande son délicieusement rock qui y passe, j’ai rendu hommage à mon père.
    J’avais ce don pour les potions, art délicat que Jordan m’avait enseigné. J’ai donc composé ma carte de boissons diverses et variées, des boissons que je m’étais amusée à créer pendant des nuits entières où l’excitation m’empêchait de trouver le sommeil.
    J’étais et je suis toujours fière de cet endroit, mon Elixir.

    Aujourd’hui, il est devenu exactement l’endroit que je voulais qu’il devienne. Un bar anarchico-bobo-hippie, où les confidences se libèrent autour d’un cocktail maison et d’une de ces cigarettes qui vous donnent le sourire. J’y ai rencontré beaucoup de personnes, de simples touristes égarés mais aussi des réguliers qui viennent me voir souvent et que je suis plus que ravie d’accueillir.

    Cela fait deux ans à présent que mon sourire vous accueille loin du faste St Pétersbourgeois. Et il sera ravi de continuer à vous y accueillir.





Dernière édition par Nancy S. Harrod le Sam 12 Juin - 4:16, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Psychedelicious witch
avatar

Messages : 172
Age : 35
Localisation : Sur mes pieds. Les deux.

WHO AM I ?
Rang: Sorcière de l'Assemblée
Pouvoir(s): Medium, Télépathe, Don de guérison
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: "Remue ton nez un peu pour voir?"   Ven 11 Juin - 17:00

Mi guapa? Je t'ai vuuuuuu

*Si ce message dérange, je l'enlèverai plus tard xD*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bibidi Bobidi Bou!
avatar

Messages : 104
Age : 29

WHO AM I ?
Rang: Sorcière.
Pouvoir(s): Je vois les morts, j'entends vos pensées et je peux voir votre futur.et
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: "Remue ton nez un peu pour voir?"   Sam 12 Juin - 4:18

    Non ma belle, ton message n'est pas dérangeant (:

    Sinon j'ai finis ma fiche. J'espère que ça ira, j'attends vos commentaires
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

avatar

Messages : 297
Age : 33
Localisation : Jamais loin !

WHO AM I ?
Rang: Sorcière Novice de l'Amnistia
Pouvoir(s): Médium, télépathe, télékinésiste.
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: "Remue ton nez un peu pour voir?"   Sam 12 Juin - 10:45

beuhaha !!! moi j'ai pas lu encore (eh oui, là jsuis co en express en direct de.... BEAUVAIS !!!!!!!!!!

*___*

mais jcrois que je sais qui c'est

ps : t'as oublié le lieu de résidence Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://russian-silence.vampire-legend.com
Bibidi Bobidi Bou!
avatar

Messages : 104
Age : 29

WHO AM I ?
Rang: Sorcière.
Pouvoir(s): Je vois les morts, j'entends vos pensées et je peux voir votre futur.et
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: "Remue ton nez un peu pour voir?"   Sam 12 Juin - 12:15

    Ah oui scuzi! Erreur réparée et bon weekend (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Psychedelicious witch
avatar

Messages : 172
Age : 35
Localisation : Sur mes pieds. Les deux.

WHO AM I ?
Rang: Sorcière de l'Assemblée
Pouvoir(s): Medium, Télépathe, Don de guérison
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: "Remue ton nez un peu pour voir?"   Sam 12 Juin - 12:35

Bienvenue !


« Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit, n'y croyez plus et il n'y en aura plus ».
Balthasar Bekker





« Bonsoir,

Votre rituel d'initiation s'achève ici ! Bravo, vous faites officiellement parti des nôtres à présent ! La sorcellerie n'aura bientôt plus de secret pour vous, nous sommes ravis de vous compter parmi nous !
N'oubliez pas votre manuel des herbes, vos premiers chaudron et balai volant vous sont offerts par la maison ! »





(c) Ice cream
Bienvenue à vous au sein de notre communauté. N'ayez pas peur mon ami, vous êtes officiellement des nôtres et c'est avec joie que je vous invite à explorer les lieux. Pensez à remplir quelques formalités d'usage: fiches de liens, de RP, demandes d'habitat, de rang... Une fois cela fait, n'hésitez pas à vous amusez un peu et à écrire tant que vous le pourrez. Vous êtes ici pour cela après tout. Je me ferais une joie d'être votre guide parmi nous, si vous avez des questions ou des doutes. Soyez sans craintes, je ne vous ferais aucun mal, ce n'est pas dans mes habitudes.
Je suis au regret de vous quitter, j'ai une réunion sous peu et un rituel à terminer.

Soyez heureux !

Oh, je ne vous ai pas dit ! Superbe fiche, c'est tout à fait comme ça que je voyais cette chère Nancy. Vous et moi allons devenir de grandes amies jeune fille ♥️

Leandra E. Wilson


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Dazzle me...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bibidi Bobidi Bou!
avatar

Messages : 104
Age : 29

WHO AM I ?
Rang: Sorcière.
Pouvoir(s): Je vois les morts, j'entends vos pensées et je peux voir votre futur.et
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: "Remue ton nez un peu pour voir?"   Sam 12 Juin - 12:47



    Merci ma belle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Secrétaire général de l'Amnistia
avatar

Messages : 68

WHO AM I ?
Rang:
Pouvoir(s):
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: "Remue ton nez un peu pour voir?"   Sam 12 Juin - 17:22

Bienvenue belle amie de Léandra , amuses toi bien parmi nous Very Happy

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
(c)Sterling
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bibidi Bobidi Bou!
avatar

Messages : 104
Age : 29

WHO AM I ?
Rang: Sorcière.
Pouvoir(s): Je vois les morts, j'entends vos pensées et je peux voir votre futur.et
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: "Remue ton nez un peu pour voir?"   Dim 13 Juin - 3:32

    Jérémiah Very Happy J'ai hâte de re-RP avec toi aussi! (enfin avec toute la bande tu me diras^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

avatar

Messages : 297
Age : 33
Localisation : Jamais loin !

WHO AM I ?
Rang: Sorcière Novice de l'Amnistia
Pouvoir(s): Médium, télépathe, télékinésiste.
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: "Remue ton nez un peu pour voir?"   Dim 13 Juin - 12:10

j'ai enfin lu *___*

j'aime, comme toujours ! beuhaha un lien \o/

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://russian-silence.vampire-legend.com
Bibidi Bobidi Bou!
avatar

Messages : 104
Age : 29

WHO AM I ?
Rang: Sorcière.
Pouvoir(s): Je vois les morts, j'entends vos pensées et je peux voir votre futur.et
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: "Remue ton nez un peu pour voir?"   Dim 13 Juin - 13:29

    Je suis contente que ça te plaise ma petite fée!
    D'ailleurs j'ai pensé à toi, j'ai regardé Entretient avec un Vampire tout à l'heure et j'imaginais très bien Ethel à la place de Claudia !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

avatar

Messages : 297
Age : 33
Localisation : Jamais loin !

WHO AM I ?
Rang: Sorcière Novice de l'Amnistia
Pouvoir(s): Médium, télépathe, télékinésiste.
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: "Remue ton nez un peu pour voir?"   Dim 13 Juin - 14:13

Beuhaha. Vrai, quelle peste ! Shocked Mais Claudia elle est plus méchante qu'Ethel. Quoique... o_o


hyper contente que tu sois là

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://russian-silence.vampire-legend.com
Bibidi Bobidi Bou!
avatar

Messages : 104
Age : 29

WHO AM I ?
Rang: Sorcière.
Pouvoir(s): Je vois les morts, j'entends vos pensées et je peux voir votre futur.et
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: "Remue ton nez un peu pour voir?"   Dim 13 Juin - 14:17

    Oui c'est pas pareil mais son air enfantin m'a fait pensé à elle!
    Vous me manquiez trop et je voulais attendre d'avoir une vraie inspiration avant de vous rejoindre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Remue ton nez un peu pour voir?"   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Remue ton nez un peu pour voir?"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Russian Silence :: 
" You're the One that I want ! "
 :: 
Fiches Validées
 :: 
" Bibidi Bobidi Bou ! "
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit